Les obsèques dans la religion israélite

Retrouvez toutes les informations concernant les obsèques de la religion juive

Les Juifs considèrent que le corps d’un défunt est sacré, car il est le contenant de l’âme. De ce fait, le rite funéraire israélite prend en compte cette dimension sacralisée et insiste sur le respect dû au mort. La ‘Hevra Kadicha est une des manifestations de cette attitude : il s’agit d’une confrérie qui se dédie à l’organisation des obsèques, jouant l’intermédiaire entre la famille endeuillée et les pompes funèbres.

Les préparatifs des obsèques israélites

La toilette mortuaire s’appelle la tahara (purification) et est effectuée exclusivement par la ‘Hevra Kadisha. Elle consiste en un nettoyage complet du corps du défunt étendu sur un drap blanc, pour éliminer toute trace de souillure. Il est ensuite purifié par de l’eau et des paroles rituelles puis revêtu du takhrikhim, un vêtement blanc simple.

La veillée funéraire (shemira) est obligatoire : le défunt ne doit pas rester seul. Elle peut être effectuée par des proches ou des membres de la ‘Hevra Kadicha. Une bougie est allumée en permanence, pour représenter l’immortalité de l’âme.

Lors de la mise en bière, la tête du défunt est placée sur un sachet contenant de la terre d’Israël. La famille peut rendre un dernier hommage, mais il est interdit de toucher au corps. À ce moment, ou pendant l’inhumation, les 7 membres les plus proches du défunt effectuent la keria : ils manifestent leur deuil en déchirant leur vêtement au niveau du coeur.

La cérémonie religieuse israélite

Il n’y a pas de cérémonie à la synagogue. Il s’agit d’un lieu de vie, un défunt n’a pas à y entrer. En revanche, et particulièrement pour des membres du culte, il est possible d’y marquer un arrêt.

La première période de deuil dure 7 jours. Parmi les règles et interdits rythmant cette période, on peut trouver :

  • l’interdiction pour la famille en deuil de consommer leur propre nourriture pour le premier repas ;
  • l’usage de faire brûler une chandelle pendant toute la semaine du deuil, voire l’année qui suit, et de recouvrir d’un tissu miroirs et portraits ;
  • la célébration de trois offices par jour ;
  • l’interdiction de travailler, de porter des chaussures en cuir, d’étudier la Torah, ou encore de participer à une fête.

Par la suite, le deuil se poursuit sur 30 jours mais les règles sont alors assouplies. Quant aux enfants qui perdent un parent, ils doivent porter le deuil pendant 12 mois au total.

Les rituels au cimetière pour les israélites

L’inhumation doit avoir lieu le plus rapidement possible. Il convient cependant de respecter les jours de fête et le shabbath.

La sobriété est de mise : cercueil simple, pas de fleurs. Par ailleurs, si le cercueil est imposé en France, il n’est pas obligatoire en Israël.

Le cercueil est exposé dans l’allée du cimetière pendant la période où le rabbin prononce les prières funéraires. Il est ensuite porté pour l’inhumation. Selon le courant religieux auquel s’identifiait le défunt, la sépulture sera composée d’une simple stèle ou d’une tombale. L’épitaphe fait figurer des inscriptions en hébreu.

Une fois le cercueil en terre, l’assemblée disperse de la terre sur la tombe. Elle se lave ensuite les mains, sans les essuyer, pour montrer son soutien envers la famille en deuil.

Le saviez-vous ?

Les fleurs ne sont pas autorisées en raison de leur caractère pérenne. Il est alors d’usage de déposer un petit caillou sur la tombe, pour marquer son passage.

L’attitude israélite face à la crémation

En raison du respect absolu porté au corps du défunt, la crémation n’est pas autorisée. Elle est de plus associée à des heures sombres de l’histoire juive.

Cependant, il existe une certaine forme de tolérance envers cette pratique. À ce moment-là, la cérémonie aura lieu avant la crémation, en présence du corps, et l’urne funéraire sera inhumée.

 

72 % des Français pensent qu’il est important de pouvoir préparer ses obsèques à l’avance.
Et vous ?
Pour vous aider, Simplifia propose un service en ligne de devis simple, rapide et gratuit.

Articles qui pourraient vous intéresser :

Obsèques et cérémonie civile Selon une enquête du CRÉDOC de 2014, 41% des Français interrogés souhaitent avoir recours à une cérémonie civile pour leurs obsèques. Cepe...
Symbolique des pierres tombales Au XIXe siècle, l'art funéraire atteint son apogée. Il est alors courant d'agrémenter sa sépulture de représentations architecturales et d'o...
Les obsèques dans la religion protestante Dans la religion protestante, la cérémonie n'est pas faite en hommage au défunt, mais pour soutenir les proches en deuil. Il n'y a en effet auc...
Les obsèques dans la religion musulmane Les rites funéraires musulmans sont extrêmement codifiés et pas toujours en accord avec la législation funéraire française. Pour cette raiso...