L’Ankou dans la mythologie bretonne

L'Ankou avec sa charrette vient chercher les morts.

L’Ankou est un personnage clef de la mythologie bretonne. Il représente le serviteur de la Mort qui vient chercher les Hommes pour leur retirer la vie.

Le mythe de l’Ankou

Le serviteur de la mort

An Ankoù en breton, ou l’Ankou en français, est la personnification de la mort. Il ne représente pas la Mort en tant que telle mais son serviteur. Son rôle est de voyager pour aller chercher les âmes des récents défunts tués par la Mort.

Selon la tradition bretonne, le « passeur d’âmes »  est un vieillard hideux, maigre, voûté, aux long cheveux blancs. Il est vêtu d’une grande veste noire qui cache une partie de son visage. L’Ankou n’a pas d’œil mais deux trous noirs dans lesquels brûlent des bougies blanches.

Il se promène avec une charrette grinçante ou une barque pour ceux qui habitent sur le littoral. Lorsqu’un Homme l’entend, il sait alors que lui ou quelqu’un de son entourage va bientôt mourir. Si une personne voit l’Ankou, elle mourra dans l’année.

Une tradition celtique

Cette légende de l’Ankou provient de la mythologie celtique. Cet homme, plutôt considéré comme une divinité, est responsable de la garantie des cycles vitaux, c’est-à-dire la naissance et la mort, les saisons mais aussi le cycle du soleil.

Le nom « Ankou » vient, selon le dictionnaire étymologique de Dom Le Pelletier paru en 1752, du mot « anken » qui signifie « l’angoisse », « la peine ». L’Ankou est donc la personne dont on a peur car elle cause le malheur.

Ce personnage existe dans d’autres civilisations. Chez les Gaulois, il est par exemple similaire au dieu Sucellos.

Attention !

Pendant la messe de minuit, l’Ankou a l’habitude de frôler avec sa cape tous les fidèles qui ne termineront pas l’année …

L’Ankou dans la culture populaire

En sculpture

Plusieurs sculptures représentant l’Ankou sont visibles en Bretagne, notamment en côte d’Armor, dans le musée de Morlaix et dans l’église de Ploumilliau (voir ci-dessous). Ces deux statues datent du XVIIe siècle.

L'ankou dans l'Eglise de Saint Milliau.

 

À l’écran

L’Ankou est le titre du dixième épisode de la troisième saison de Kaamelott, la célèbre série d’Alexandre Astier. Tout l’épisode ironise sur le personnage de l’Ankou, qui demande de l’aide pour porter les morts car la tâche est trop difficile pour lui seul.

En musique

Le traditionnel groupe de musique bretonne Tri Yann a consacré une chanson au serviteur de la mort : Hanter dro macabre.

Le saviez-vous ?

L’Ankou est le nom de l’équipe de football américain de Nantes : une référence évidente au mythe breton !

 

72 % des Français pensent qu’il est important de pouvoir préparer ses obsèques à l’avance.
Et vous ?
Pour vous aider, Simplifia propose un service en ligne de devis simple, rapide et gratuit.

Articles qui pourraient vous intéresser :

Le mythe de la Faucheuse Comment représenter la mort ? Cette question a souvent été posée et plusieurs tentatives ont été effectuées. La mort c'est une croix, une l...
Thanatos, dieu de la mort dans la mythologie grecque Dans chaque civilisation, on retrouve des figures personnifiant la Mort : Ankou chez les Bretons, le mythe de la Faucheuse dans les pays occident...