Les obsèques dans la religion musulmane

Tout savoir sur les obsèques musulmanes

Les rites funéraires musulmans sont extrêmement codifiés et pas toujours en accord avec la législation funéraire française. Pour cette raison, et bien que l’islam soit la 2e religion de France, ses pratiquants choisissent en grande majorité (80%) d’être inhumés en terre musulmane.

Les préparatifs des obsèques musulmanes

La toilette mortuaire est un élément important du rite funéraire dans l’islam. Elle a un but purificateur et est effectuée par 4 personnes du même sexe que le défunt, à l’exception du veuf ou de la veuve. Le corps est orienté vers la Mecque puis lavé 3 fois de suite de haut en bas en commençant par le front, le coeur et les mains (qui servent à la prière). Le défunt est ensuite habillé de pièces de tissu blanc non cousues en nombre impair (en général, 3 pour les hommes, 5 pour les femmes). Ses bras sont placés soit le long du corps, paumes vers le haut, soit croisés sur la poitrine. Les soins de conservation ne sont pas acceptés, cependant une exception peut être faite en cas de rapatriement.

Ces rituels doivent avoir lieu le plus rapidement possible puisque l’islam veut que le défunt soit enterré le jour du décès. En France, cela n’est pas possible, car il est impératif d’attendre 24h minimum avant de procéder à des obsèques.

Le saviez-vous ?

Cette règle de devoir procéder à l’inhumation dans les 24h répond plus à une tradition qu’à une injonction du Coran. En effet, en raison de la chaleur qui règne dans les pays musulmans, un enterrement rapide permet de prendre de vitesse la décomposition du corps.

La cérémonie religieuse musulmane

La majeure partie de la cérémonie des obsèques a lieu au cimetière. Il est très rare que le cortège funéraire passe par la mosquée.

Cependant, la semaine suivant le décès est rythmée par des actes religieux. La communauté joue également un grand rôle puisqu’elle va apporter son soutien à la famille en deuil : accueil des visiteurs, préparation des repas, etc.

Au 3e jour après le décès, tous se retrouvent pour lire le Coran. C’est aussi le cas au 40e jour.

Il est en général déconseillé de se rendre au domicile du défunt pour présenter ses condoléances. Le mieux est d’attendre la fin du rituel d’inhumation.

Les rituels au cimetière pour les musulmans

En pays musulman, l’inhumation se fait à même la terre, le défunt est simplement enveloppé dans un linceul. En France, pour des raisons d’hygiène, il est impératif que le défunt soit placé dans un cercueil. Celui-ci est alors en bois tendre, avec parfois du capiton vert, couleur de l’islam.

Des « carrés musulmans » sont réservés dans les cimetières communaux, ils présentent la particularité d’avoir des sépultures orientées vers la Mecque. De même, les tombes musulmanes se distinguent par leur sobriété : seules deux stèles placées de part et d’autre de la tombe permettent de connaître l’emplacement d’un défunt.

Attention :

En raison du caractère multi-confessionnel des cimetières, la mairie n’a aucune obligation de délimiter des espaces en fonction des religions. Cependant, pour répondre à une demande croissante issue des pratiquants nés en France et souhaitant s’y faire inhumer, de plus en plus de communes créent des espaces dédiés aux différentes confessions.

Le cortège se retrouve devant le cimetière et l’imam va prononcer la prière funéraire pendant l’inhumation. C’est la seule prière qui doit se dire debout. L’assemblée est composée d’hommes : les femmes ne sont autorisées à se rendre auprès de la sépulture que le lendemain de l’enterrement. Toutefois, en France notamment, cette règle tend à s’assouplir.

De manière générale, il est demandé à l’assistance de faire preuve de sobriété pendant l’inhumation. Les pleurs sont les seules manifestations de tristesse autorisées. De même, il n’y a en principe pas de fleurs.

L’attitude musulmane face à la crémation

La crémation est formellement interdite. C’est un élément qui pousse de nombreux pratiquants à se faire inhumer dans leur pays d’origine. En effet, en France, les reprises de concessions peuvent amener à faire brûler les ossements restants pour les placer dans l’ossuaire municipal.

Pour répondre à ce problème, certaines communes ont mis en place deux ossuaires, dont l’un est réservé à la conservation des os des défunts opposés à la crémation. De même, les sépultures présentes dans les carrés musulmans sont d’office considérées comme non éligibles à la crémation.
 

72 % des Français pensent qu’il est important de pouvoir préparer ses obsèques à l’avance.
Et vous ?
Pour vous aider, Simplifia propose un service en ligne de devis simple, rapide et gratuit.

Articles qui pourraient vous intéresser :

Les obsèques dans la religion orthodoxe Avec moins de 30 paroisses en France, la religion orthodoxe est sous-représentée. Cependant, elle se caractérise par des rites précis, visant ...
Obsèques et cérémonie civile Selon une enquête du CRÉDOC de 2014, 41% des Français interrogés souhaitent avoir recours à une cérémonie civile pour leurs obsèques. Cepe...
Les obsèques dans la religion protestante Dans la religion protestante, la cérémonie n'est pas faite en hommage au défunt, mais pour soutenir les proches en deuil. Il n'y a en effet auc...
Symbolique des pierres tombales Au XIXe siècle, l'art funéraire atteint son apogée. Il est alors courant d'agrémenter sa sépulture de représentations architecturales et d'o...