Rite funéraire en Chine

Exemple de cimetière chinois.

La Chine a un patrimoine culturel riche et très spécifique. En ce qui concerne les rites funéraires, traditionnellement, ils respectaient les différentes religions présentes dans la pays : le bouddhisme, le taoïsme, le confucianisme et le culte des ancêtres. Aujourd’hui ils ont nettement été simplifiés.

Rite funéraire traditionnel

Avant la mort

En Chine, il existe de nombreuses superstitions pour tous les événements de la vie : la naissance, les fiançailles, le mariage, les maladies, la mort, etc. Il y a donc des rituels à respecter pour échapper aux mauvais esprits.

Par exemple, avant de mourir, les Chinois transportent la personne hors de son lit, de peur qu’il soit ensuite hanté. Elle est conduite dans la pièce principale de la maison ou dans la chapelle domestique pour les familles le plus riches. Avant même qu’elle soit officiellement décédé, la famille commence à préparer les vêtements avec lesquels elle sera enterrée. Ils seront différents selon les régions.

Dès que la personne rend son dernier souffle, son entourage crie à la mort en ouvrant la fenêtre. La famille accroche ensuite une lanterne blanche et bleue à la porte de la maison pour prévenir d’un décès. Son corps est conservé plusieurs jours chez lui avant les funérailles.

Étonnant !

Certains faisaient un trou dans le plafond de leur maison pour faciliter le départ de l’âme du défunt.

L’enterrement

Les funérailles sont particulièrement solennelles en Chine. Autrefois, les riches Chinois avaient le droit à un important cortège avec des musiciens qui chassaient les mauvais esprits qui rôdent, des effigies de leurs aïeux, un portrait d’eux, du parfum, des pleureuses professionnelles dans certains cas, etc. Un catafalque, c’est-à-dire une estrade funéraire, supportait le cercueil. Les femmes fermaient la marche dans des palanquins couverts de toile blanche.

Le corps était ensuite enterré. De l’argent et des objets appartenant au défunt étaient parfois brûlés ou enterrés avec lui car les Chinois pensent qu’il pourrait en avoir besoin pendant la vie qu’il aura après sa mort.

Actuellement

La mort en Chine

Aujourd’hui la crémation est la pratique funéraire la plus utilisée. En effet, à son arrivée, le Président de la République de Chine, Mao Zedong, a remplacé l’enterrement par la crémation afin de garder les terres pour la culture et de préserver le bois, utilisé pour la fabrication des cercueils.

Dans certaines villes, l’enterrement est même interdit par manque de place. Après la crémation, beaucoup de Chinois décident de disperser les cendres en signe de liberté.

Aujourd’hui, le rite funéraire s’est beaucoup simplifié et occidentalisé mais l’importance de l’au-delà et de la réincarnation perdurent. La plupart du temps, comme en France, la famille organise un grand buffet avec la famille et les amis.

Le 4 avril de chaque année, la Chine fête ses morts. Le culte des anciens a une place encore très importante dans la culture du pays.

 

72 % des Français pensent qu’il est important de pouvoir préparer ses obsèques à l’avance.
Et vous ?
Pour vous aider, Simplifia propose un service en ligne de devis simple, rapide et gratuit.

Articles qui pourraient vous intéresser :

Le rite funéraire du peuple Dogon Les Dogons sont un peuple vivant sur un plateau rocailleux du Mali, au centre-ouest du pays. Comme souvent dans les peuples africains, les habitants ...
Rite funéraire chez les Bamilékés Il existe 280 ethnies au Cameroun. Les Bamilékés sont l’une d’entre elles, la plus grande du pays. La mort a une place très importante dan...
Le rite funéraire chez les Fali Les Fali sont un peuple vivant au nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria. Les membres sont éparpillés par groupes sur 2500 km...
Le rite funéraire au Japon Deux grandes religions cohabitent au Japon : le bouddhisme et le shintoïsme. Mais le rituel funèbre s'inspire principalement des traditions bou...