La promession

Autres pratiques pour les funérailles : la promession

En France, seules l’inhumation et la crémation sont pratiquées et légalement autorisées. Il existe, cependant, de nombreuses autres techniques de funérailles, comme l’aquamation, la cryogénisation ou la promession.

La promession

Le concept

Aussi appelée funérailles écologiques, la promession a été développée en 1999 en Suède par le Dr Susanne Wiigh-Mäsak. Elle permet d’obtenir le même résultat qu’une crémation, par le froid.

Le corps du défunt qui a été conservé à -18°C est placé dans une cuve remplie d’azote liquide, moins d’une semaine et demi après le décès. Le corps ainsi refroidi à -196°C devient friable. Il est alors placé sur une table vibrante. Les vibrations sont réglées à une certaine fréquence qui provoquent la désintégration du corps en fines particules.

Le processus terminé, un puissant aimant est utilisé pour récupérer les résidus métalliques (plombages dentaires, traces d’anciennes broches, etc.) qui peuvent être recyclés, par la suite. Le corps réduit à l’état de poudre est alors placé dans une urne biodégradable dont la durée de décomposition est située entre 6 et 12 mois. Celle-ci peut être soit inhumée soit incinérée.

Le saviez-vous ?

La promession est la solution la plus prometteuse pour les missions d’exploration spatiale : elle permettrait aux astronautes de gérer le décès de l’un des leurs et de le ramener sur Terre. Les températures très basses du vide spatial permettent en effet de donner le même effet que la cuve d’azote liquide.

Légalisation et coût

Aujourd’hui, la promession n’est pratiquée qu’en Suède, pays créateur du concept, au Royaume-Uni, en Corée du Sud et en Afrique du Sud. Une soixantaine de pays étudient actuellement son acceptation, parmi lesquels l’Allemagne, le Canada ou les Pays-Bas. En France, cette pratique est encore interdite.

Le coût de la promession est sensiblement le même que pour une crémation.

Des funérailles écologiques

L’intérêt principal de la promession est sa très faible dépense en énergie et son taux de rejet complétement nul. En effet, contrairement à la crémation, la promession ne rejette aucun gaz à effet de serre. Il est aussi bon de noter que l’azote liquide n’est qu’un gaz naturel porté en-dessous de sa température d’ébullition.

De même, les métaux sont récupérés lors d’une promession, tandis qu’ils ne le sont pas et produisent des gaz nocifs dans le cadre d’une crémation.

Le saviez-vous ?

Les familles sont également invitées à planter un arbre sur l’emplacement d’inhumation de l’urne pour créer un geste naturel symbolique.

 

72 % des Français pensent qu’il est important de pouvoir préparer ses obsèques à l’avance.
Et vous ?
Pour vous aider, Simplifia propose un service en ligne de devis simple, rapide et gratuit.

Articles qui pourraient vous intéresser :

L’humusation des corps L'humusation est une alternative verte aux funérailles traditionnelles. Ce nouveau concept n'est pour l'instant autorisé nulle part. En Franc...
Les funérailles pour animaux Avec plus de 50% de la population française qui possède un animal de compagnie, les funérailles pour animaux deviennent de plus en plus fréque...
La cryogénisation La crémation et l'inhumation sont les deux seules pratiques funéraires autorisées en France. Cependant, d'autres techniques, comme la cryogéni...
L’aquamation Inhumation et crémation sont aujourd'hui les deux principales méthodes pour faire disparaître le corps du défunt, et les seules légales en Fr...