La mise en bière

Mise en bière dans un cercueil

La mise en bière, aussi appelée mise en cercueil, est l’étape des obsèques où le corps du défunt est placé dans le cercueil, suite à la période d’exposition en chambre funéraire, au domicile ou à l’hôpital. Elle est imposée par la législation française et ne peut être effectuée moins de 24 heures après le décès.

Réglementation de la mise en bière

En France, le Code général des collectivités territoriales mentionne la mise en bière comme une obligation : le corps doit être dans un cercueil fermé pour toute inhumation ou crémation. Un délai minimum de 24 heures doit également être respecté entre le décès et la mise en bière, sauf cas particulier pour mise en bière immédiate demandée par le médecin (maladies contagieuses, etc.). Toutes prothèses à piles (pacemaker, etc.) doivent avoir été récupérées avant la mise en cercueil et prouvées par une attestation signée par le médecin ou le thanatopracteur qui a été en charge des soins. La fermeture du cercueil est autorisée par l’officier d’état civil du lieu de décès ou du lieu où repose le corps, après présentation du certificat de décès.

Le corps est enveloppé dans une housse imperméable pour être déplacé avant sa mise en bière. Elle doit être faite dans une matière biodégradable, conforme aux caractéristiques de résistance, d’étanchéité et de composition selon l’arrêté du ministre chargé de la santé.

Mise en bière d’un malade

Dans le cas où le défunt est décédé d’une maladie suspecte, il peut être soumis à des examens et prélèvements afin de déterminer la cause du décès. S’il s’agit d’un décès dû au charbon, la peste, le choléra, etc., le corps doit être mis en bière immédiatement dans un cercueil hermétique équipé d’un épurateur de gaz. De même qu’en cas d’épidémie, la mise en bière est immédiate et les soins de conservation interdits.

La tenue du défunt

Généralement, le défunt est habillé dans des tenues choisies par les proches avec toutes sortes d’accessoires possibles (alliance, objet cher au défunt, etc.).

Le saviez-vous ?

S’il est de coutume d’habiller le corps du défunt, rien ne l’oblige juridiquement.

La seule contrainte, pour des raison d’hygiène est qu’il doit reposer dans un cercueil au moment de l’inhumation ou de la crémation et qu’il ne porte plus aucun appareil à piles.

Origine étymologique

L’expression « mise en bière » illustre la mise en cercueil. Du Vème au Xème siècle, on enterrait les corps à même la terre, sans les enfermer dans un cercueil. On déplaçait le défunt sur une civière jusqu’à leur tombe. La « bière » fait en fait référence à cette civière, appelée « bëra » en ancien français.

La généralisation de l’utilisation de cercueils, à partir du XIème siècle, a fini par entrainer la désignation du cercueil par le mot « bière » également.

 

72 % des Français pensent qu’il est important de pouvoir préparer ses obsèques à l’avance.
Et vous ?
Pour vous aider, Simplifia propose un service en ligne de devis simple, rapide et gratuit.

Articles qui pourraient vous intéresser :

Le transport du corps Le corps d'un défunt est transporté à plusieurs reprises. Avant sa mise en bière, le corps peut être déplacé du lieu de décès (hôpital,...