La mort et la musique classique

De nombreux morceaux de musique classique mettent au centre de leur composition la mort, le deuil et la tristesse.

Le thème de la mort est un genre à part entière dans la musique classique. Ces œuvres musicales sont appelées des marches funèbres. Grâce à leur rythme lent à deux temps, elles poussent au recueillement. Cette musique est idéale pour accompagner un cortège funèbre ou une cérémonie en mémoire d’un défunt. Voici quelques exemples de musiques funéraires classiques restées célèbres :

La mort et la musique classique au XVIIIème siècle

Requiem de Wolfgang Amadeus Mozart : Lacrimosa

Le Requiem est une messe de l’Eglise catholique romaine que l’on célèbre traditionnellement avant un enterrement ou lors d’une cérémonie d’hommage. C’est une prière musicale pour l’âme du défunt.

L’oeuvre est composée d’un chœur à quatre voix et d’un orchestre symphonique. Les bois aigus et le cor d’harmonie n’ont font ici pas partie, ce qui met en avant le timbre grave des cordes et des cors de basset (instrument de la famille des clarinettes).

Le saviez-vous ?

Même si Mozart n’a écrit que les 8 premières mesures de Lacrimosa, ce chef d’oeuvre lui est entièrement attribué. En réalité, une partie a été composée par Süssmayer, l’assistant et élève de Mozart après sa mort à la demande de Constance, sa veuve.

Les partitions sont sobres, sans fioritures, ce qui renforce la gravité de la musique et crée une atmosphère austère, froide et sombre. Les instruments et la voix ont un ton grave et lourd évoquant la mort.

Le nom du morceau est inspiré du latin lacrima qui signifie « larme » : Mozart fait clairement référence à la douleur et la tristesse que provoque un décès.

Ce morceau solennel a été utilisé de nombreuses fois, notamment pour les funérailles de Beethoven, la panthéonisation de Napoléon ou encore l’hommage au « Martyrs de la Révolution » en URSS en 1918.

Stabat Mater de Giovanni Battista Pergoles

Celui qu’on appelle Jean-Baptiste Pergolèse en français est un compositeur italien du XVIIIè siècle.

Alors que sa santé décline petit à petit il se retire en 1735 au monastère des Capucins de Pouzzoles, près de Naples. C’est là-bas qu’il composera Stabat Mater, une oeuvre musicale religieuse.

Ce morceau composé de 13 tercets fait référence à un texte liturgique du XIIIème siècle décrivant la souffrance de la Vierge Marie face à son fils crucifié.

Les solos sont uniquement écrits pour des femmes, afin que le deuil, la tristesse et la douleur maternelle deuil soient mis en avant :

La mort et la musique classique au XIXème siècle

La Sonate au Clair de lune de Beethoven

La sonate n°14 de Beethoven, plus connue sous le nom de « Sonate au clair de lune » est composée de trois mouvements. Ce titre lui a été donné par Ludwig Rellstab, un poète du XIXème siècle qui voyait dans ce morceau une barque au clair de lune. Mais c’est en réalité une erreur d’interprétation.

Cette pièce musicale a été composée pour Giulietta Guicciardi, dont Beethoven été amoureux et qu’il n’a jamais pu épouser, les parents de la comtesse ayant refusé. La marche funèbre pourrait alors représenter le chagrin et le deuil d’un mariage impossible.

Le premier mouvement est une marche funèbre jouée entre piano et pianissimo. Un morceau lugubre par son tempo lent, ses harmonies sombres et ses notes decrescendo qui finissent par mourir doucement à la fin du mouvement :

La Marche Funèbre de Frédéric Chopin

Le compositeur et pianiste franco-polonais Frédéric Chopin est l’auteur d’une des plus célèbres marches funèbres au monde. Le troisième mouvement de la Sonate pour piano n°2, intitulé « Marche funèbre » a été composé en 1837.

Il respecte à la perfection les codes de ce genre de la musique classique destiné aux funérailles : un rythme lent, en deux temps créant une atmosphère lourde et pesante. Ce morceau mélange drame et douleur avec une touche d’espoir et de lumière.

Il a été joué lors de l’enterrement de Frédéric Chopin au Père-Lachaise en. Encore aujourd’hui, il est régulièrement repris, notamment en février 2015 pour accompagner le cortège funèbre des 9 soldats français décédés dans un crash d’avion.

Cette oeuvre a les mêmes caractéristiques sombres et solennelles que Musique pour les funérailles de la reine Mary, une autre marche funéraire composée au XVIIè siècle par Henry Purcell.
 

72 % des Français pensent qu’il est important de pouvoir préparer ses obsèques à l’avance.
Et vous ?
Pour vous aider, Simplifia propose un service en ligne de devis simple, rapide et gratuit.

Articles qui pourraient vous intéresser :

La mort dans la chanson La mort est un thème très présent dans la musique. En faire le sujet principal d'une chanson permet à l'artiste d'extérioriser un mal-être,...
La mort dans la peinture Le sujet de la mort amène souvent à un certain nombre de questions existentielles. L'art est pour les peintres une manière d'extérioriser ces ...