La mort dans la peinture

Oeuvre de REMBRANDT

Le sujet de la mort amène souvent à un certain nombre de questions existentielles. L’art est pour les peintres une manière d’extérioriser ces questionnements et d’y apporter une tentative de réponse. L’artiste a cette profonde volonté de montrer l’inconnu, un thème qui lui donne une liberté inconditionnelle. C’est pourquoi la Mort est très souvent mise en avant dans les œuvres d’art, via différentes représentations.

La mort allégorique

La mort, un phénomène à la fois très concret (subi par tous) mais aussi très abstrait, est souvent représentée de façon allégorique.

Mort subi(t)e

Par exemple, dans son chef d’oeuvre Guernica, Picasso représente la mort via une allégorie de la violence et du massacre. La peinture rend compte de ce qui s’est passé lors du bombardement de Guernica par les Allemands en 1937. La scène est remplie de douleur, on perçoit clairement la mort :

Oeuvre de Picasso

 

L’allégorie peut également être plus concrète comme un crâne ou un squelette, caractéristiques humaines souvent utilisées pour symboliser la mort comme dans Crâne de squelette fumant une cigarette allumée de Vincent Van Gogh.

Le saviez-vous ?

Van Gogh n’a vendu qu’un seul tableau de son vivant !

Mort incarnée

Quand ce n’est pas un crâne ou un simple squelette, la mort est souvent incarnée par une faucheuse, créature aux allures cadavériques, très facilement reconnaissable, vêtue de sombre, portant ou non une faux.

Ce symbole est souvent utilisé dans des peintures apocalyptiques et macabres comme dans Le Triomphe de la Mort que Pieter Bruegel peint à une époque où la peste noire est virulente. Au centre du tableau, sur un cheval, une faucheuse est distinguable.

Oeuvre de Pieter Bruegel

 

Mort et au-delà

Dans la peinture, la mort est souvent synonyme de cataclysme, de fatalité ou de douleur. Elle est ainsi associée à des couleurs tristes et foncées et des objets macabres.

Mais certains artistes, principalement ceux qui ont une conception religieuse de la mort, donne à leurs œuvres une nouvelle représentation de la fin de la vie. L’allégorie est alors plus douce et subtile, comme un corps endormi, une forte lumière venant du ciel, etc.

Ils mettent en avant l’idée que la mort est seulement un passage vers la vraie vie, un tournant entre la vie terrestre et la vie céleste. Cette toile de William Bouguereau, un peintre français du XIXème illustre clairement cette idée :

Oeuvre de William Bouguereau

La mort exaltante

La mort a également dans la peinture une fonction exaltante. Elle sert à héroïser ou à rendre hommage à des personnages terrestres ou parfois célestes.

C’est ce que le peintre français Jacques-Louis David a voulu faire en peignant La Mort de Marat, un de ses proches amis révolutionnaire assassiné en 1793 par Charlotte Corday. Le corps du défunt est représenté agonisant, la tête penché et le sang qui coule sur un drap souillé. Sur un billot de bois, qui fait référence à une stèle funéraire, le peintre a signé « À Marat ».

David, via cette peinture, fait de Marat un héros, un martyr de la liberté. Il disait de son ami : « Le vrai patriote doit saisir avec avidité tous les moyens d’éclairer ses concitoyens et de présenter sans cesse à leurs yeux ses traits sublimes d’héroïsme et de vertus. »

Oeuvre de Jacques-Louis David

 

Les premières peintures se raccrochaient souvent à la religion chrétienne et à la Bible. Elles rendaient hommage aux personnages saints. C’est pourquoi il existe de très nombreuses représentations de la Crucifixion, comme le célèbre tableau de Vélasquez : Le Christ crucifié. La représentation de la mort sert ici à exalter Dieu en Croix.

La mort comme objet d’étude

La mort dans les toiles peut être dépeinte comme un simple objet anatomique, une possibilité d’avancer sur les savoirs médicaux grâce à cette matière.

Par exemple, dans La Leçon d’anatomie du Docteur Tulp (voir photo d’illustration), Rembrandt représente la dissection d’un condamné à mort des années 1630. La mort est alors symbole de recherches et de savoirs. L’artiste fait là exemption de la tristesse et des dégradations corporelles que peuvent provoquer un décès. Le corps est intact, lumineux, beau. C’est un objet de travail.

La mort, notre Nature

Les peintres veulent parfois mettre en évidence le simple fait que la mort fait partie de notre Nature Humaine. Elle peut donc avoir une fonction ontologique. L’art permet de révéler la Vraie Nature, l’Essence de l’homme.

 

Au final, peu importe la fonction que l’artiste donne à sa représentation de la mort, l’idée est toujours de mettre une image sur un événement inconnu qui inquiète. D’une certaine façon, l’artiste cherche à préciser cet inconnu afin de se rassurer.
 

72 % des Français pensent qu’il est important de pouvoir préparer ses obsèques à l’avance.
Et vous ?
Pour vous aider, Simplifia propose un service en ligne de devis simple, rapide et gratuit.

Articles qui pourraient vous intéresser :

La mort et la musique classique Le thème de la mort est un genre à part entière dans la musique classique. Ces œuvres musicales sont appelées des marches funèbres. Grâce ...
La mort dans la chanson La mort est un thème très présent dans la musique. En faire le sujet principal d'une chanson permet à l'artiste d'extérioriser un mal-être,...
La mort dans la sculpture La mort est très souvent représentée dans l'art, notamment dans la peinture ou la littérature. Elle l'est également dans la sculpture, souven...