L’ossuaire

Ossuaire

Un ossuaire est un monument ou un espace abritant des ossements humains après leur exhumation. Très courant au Moyen-Âge, il est désormais obligatoire dans les cimetières en France.

Ossuaires d’autrefois

La tradition de l’ossuaire est très ancienne puisqu’on en retrouve des traces chez les Zoroastriens, il y a 3 000 ans : les ossements des défunts étaient rassemblés au fond d’un puits après que le corps avait été exposé aux oiseaux de proie.

Au VIe siècle avant J-C, à l’époque du Second Temple de Jérusalem, les ossements des Juifs étaient disposés dans des niches au sein de grottes funéraires à l’extérieur de la ville. Ces ossuaires en pierre étaient décorés et des gravures permettaient d’identifier les noms des défunts. Certains d’entre eux sont toujours intacts aujourd’hui.

Plus tard, ce sont les os des moines orthodoxes qui sont rassemblés dans les monastères, sans distinction. Les membres du culte méritant d’être sanctifiés ou les abbés sont quand à eux disposés à part, dans des reliquaires de bois ou de métal.

Enfin, en Europe, c’est au Moyen-Âge que débute l’aménagement d’ossuaires. Les défunts étaient enterrés dans des fosses communes. Une fois celles-ci arrivées à saturation, les ossements étaient transférés dans des chapelles aménagées à proximité. Au XIVe siècle, l’épidémie de Peste Noire et son taux de mortalité estimé à 40% ont largement contribué à la nécessité de créer des espaces pour accueillir les restes des défunts, augmentant ainsi grandement le nombre d’ossuaires.

Ossuaires d’aujourd’hui

Leur rôle

En France, les ossuaires sont obligatoires depuis une circulaire du 3 janvier 1924. Leur apparence n’est pas fixée par la réglementation. Il peut s’agir aussi bien d’un caveau aménagé que d’un monument hors-sol. C’est à la commune que revient le choix du bâtiment final.

À l’origine, les ossuaires ont été imposés pour faciliter les reprises de concessions par les communes, sans nuire au respect dû aux défunts. Ils permettent aujourd’hui également de faire de la place dans des caveaux familiaux.

L’ossuaire doit être construit avant toute opération d’exhumation. Les ossements ne doivent pas transiter par d’autres endroits entre le moment où ils sont extraits du cercueil et celui où ils sont intégrés à un ossuaire. Il est cependant possible pour plusieurs cimetières de partager un même ossuaire.

Un ossuaire est une concession perpétuelle. Les ossements qui y sont rassemblés le sont donc pour une durée pérenne. Il est interdit de les en extraire (pour une inhumation dans un autre cimetière par exemple). Pour cette raison, le transfert des ossements répond à des règles strictes.

Le saviez-vous ?

Les ossuaires présentent tous un registre sur lequel sont gravés les noms des défunts. Il est en général en pierre, pour garantir une lisibilité dans le temps.

Le déroulement du transfert en ossuaire

Pour pouvoir procéder à une exhumation, il faut que le défunt ait été enterré depuis plus de 5 ans. Il faut également que ses os soient « blanchis », c’est-à-dire que le processus de décomposition soit achevé. Dans le cas contraire, le défunt est soit inhumé de nouveau, si cela est possible, soit incinéré.

C’est la mairie qui fournir un certificat d’exhumation. Elle doit avoir lieu en dehors des horaires d’ouverture du cimetière, en présence d’un officier de la mairie.

Si les conditions de transfert sont favorables, les ossements sont placés dans une boîte à ossements ou un reliquaire. Ces éléments sont obligatoires. Les ossements d’une même concession peuvent être placés dans la même boîte mais il est interdit de mélanger les ossements de plusieurs concessions.

Les communes peuvent choisir, plutôt que l’ossuaire, la crémation des restes exhumés. Dans ce cas, les cendres sont dispersées dans l’espace cinéraire du cimetière ou l’urne est disposée dans l’ossuaire. Cependant, elle n’est possible que si le défunt n’a pas manifesté son opposition à cette pratique. Les défunts inhumés dans les carrés musulmans sont par exemple considérés d’office comme opposés à la crémation.

Dans le cas où la mairie fait le choix de ne pas passer par la crémation, la distinction entre les reliquaires des défunts acceptant cette pratique et les autres doit être clairement marquée.

Le saviez-vous ?

Dans le cas, de l’exhumation d’une personne, on parle de réduction du corps. S’il y en a plusieurs, on appelle cela une réunion de corps.

Ossuaires remarquables

Il existe des ossuaires, anciens ou modernes, qui se distinguent par leur intérêt patrimonial.

Ossuaire de Douaumont

Situé en France, l’ossuaire de Douaumont abrite les ossements de plus de 130 000 soldats victimes de la bataille de Verdun. Anonymes, Français et Allemands, sont placés dans le cloître du monument, lui-même situé au centre d’un immense cimetière militaire.

Le site est accessible toute l’année, à l’exception du mois de janvier, de 9h à 18h.

Ossuaire municipal de Paris

Les catacombes de Paris datent du XVIIIe siècle et doivent leur conception à l’insalubrité et à la surpopulation des cimetières de la ville. Afin de libérer de la place pour les habitations, les ossements de 6 millions de défunts ont été déposés dans des carrières à plus de 20 m sous terre. Certains de ces os ont servi à élaborer des éléments d’architecture (murs, colonnes).

La visite officielle des catacombes dure 45 min et s’étend sur 2 km. L’accès se fait par la station de métro Denfert-Rochereau. Il ne s’agit cependant que d’une infime partie d’un ensemble bien plus vaste.

Ossuaire de Sedlec

C’est à Kutná Hora, en République tchèque, que se trouve cet ossuaire surprenant. À l’origine, il s’agit d’une église cistercienne ayant acquis une réputation de lieu saint au XIIIe siècle. Cent ans plus tard, des milliers de morts y sont inhumés suite à l’épidémie de Peste Noire.

En 1870, le sculpteur František Rint est mandaté pour restaurer la chapelle. Il va concevoir tout un mobilier en utilisant les ossements des 40 000 personnes reposant sur les lieux. Armoiries, chandeliers et même calices sont ainsi entièrement composés à base de crânes et de fémurs (cf. : photo d’illustration).

98%

Satisfaction assurée

98% de nos clients déja satisfaits

6mois

Accompagnement Personnel

Nous restons à votre écoute après vos démarches

Nos experts

Plus de 20 experts à votre écoute

© Simplifia - Tous droits réservés
CGV -
CGU - Mentions légales - Presse